sign up! webstats forums guestbooks calendars
SOS Hommes Battus
Page: 1 Répondre Répondre
Auteur Messages
pascal2007

Enregistré: 13.10.2013
Messages: 10

22.04.2014 - 13:56: L'histoire du calvaire d'un homme battu : la double peine | Citation Citation

HISTOIRE de mon CALVAIRE

Les psychologues expliquent très bien comment la machine à donner des coups se met en place, car de manière progressive on accepte les premières reproches, puis les premières gifles et on se dit que cela va passer. Mais rien ne passe et cela empire.

Cela ne passe pas. Je vous raconte donc ce qu'il m'est arrivé. Vous ne répliquez pas, vous ne vous défendez pas parce qu'après tout vous vous dites que vous êtes un homme, et avez affaire à une faible femme. Et puis si vous en parlez autour de vous, on vous dira de porter plainte. Or vous ne voulez pas porter plainte pour de simples gifles. Puis on vous casse un doigt comme cela a été mon cas quelques temps après. Votre femme s'excuse. Elle vous fait promettre que vous ne porterez pas plainte. Mais vous déposez en secret une main courante à la police sans savoir que plus tard personne ne voudra vous croire, même pas le juge. Vous avez des attestations médicales que vous faites établir en secret. Brûlures de cigarettes, ébouillantages à l'eau bouillante. Mais cela ne sert à rien vous pouvez très bien vous les faire vous mêmes les brûlures.

Viens maintenant le harcèlement psychologique.
On vous dit sans cesse que vous ne valez plus rien. Et comme vous devenez de plus en plus dépressif, vous perdez confiance en vous. Vous vous dites qu’elle doit avoir raison, votre femme. Elle ne veut plus faire l’amour. Elle vous trouve moche. Elle doit avoir raison vous vous dites.

Elle vous fait maintenant coucher sur le carrelage dans une pièce vide. Vous êtes devenu dépressif. Les mois de galère se sont enchaînés. Elle vous fait coucher sur le carrelage dans une pièce vide. Vous n’avez plus envie de vous révolter. Vous avez perdu votre force. Vous n’avez plus droit au lit conjugal.

Les coups continuent. Vous ne voyez plus votre femme qui s’enferme dans sa chambre devant son ordinateur et cherche des sites de rencontre. Elle vous dit que cela ne peut pas durer, que le couple va cesser. Vous avez peur. Très peur. Vous pensez que vous ne valez plus rien et que vous ne pourrez plus jamais retrouver une telle femme, puisque vous ne valez rien. Même pas de femme du tout. Vous vous dites qu’il faut vous accrocher.

-----

Et les coups continuent. Elle détruit maintenant votre portable. Vos dossiers importants. Vos affaires de peinture (je suis artiste peintre). Et vous ripostez à une de ses attaques. Elle a un cocard à l’œil. Vous n’avez que des éraflures. Elle appelle la Gendarmerie. Garde à vue pendant 24 heures. Vous vous dites que vous êtes foutu. Vous avez aussi envie de vous révolter, mais une force plus grande que vous vous pousse à ne rien faire : vous l’aimez, vous l’aimez passionnément maintenant que vous savez que vous ne valez plus rien. Les gendarmes ne croient pas que vous avez été battu. Ils vous sermonnent.

Votre femme vous harcèle d’avoir riposté. Elle vous accuse d’être un violent. Elle retourne le système à son profit. Vous êtes piégé. Il ne fallait pas riposter. Se laisser tuer peut-être, mais ne pas riposter …
Votre femme vous pousse maintenant à consulter une association dirigée par la justice pour les délinquants comme je suis devenu : je bats ma femme. Séances le soir et tour de table de maris condamnés par la justice s’expliquant devant deux femmes psychologues. Etonnant, une dizaine d’hommes, une dizaine d’histoires où ce sont les femmes qui ont poussé leurs hommes dans les excès. Vrai ou faux ?. Vous vous en foutez. Vous êtes coupable. Tous les hommes sont coupables. Mon père même battait ma mère. Donc je suis coupable aussi. Je raconte mon histoire. C’est de loin la plus cauchemardesque. Les deux psychologues me prennent à la sortie. Elles me disent me croire victime, et de fuir au plus vite ma maison, car personne en France ne me croira. Cela se passe il y a 5 ans.
Rien n’a changé. Personne ne m’a jamais cru sauf mes proches.

Je retourne chez moi. Je dis que j’arrête l’association. Harcèlement à nouveau de la part de ma femme. Je suis de plus en plus atone. Résigné. Pourtant je me défends à nouveau contre une attaque de ma femme. A nouveau ma femme a un cocard à l’œil. A nouveau garde à vue à la Gendarmerie. Je suis maintenant un délinquant. J’ai récidivé. Je suis foutu. J’en ai bien conscience. Je suis désespéré.

-----------------

Ma femme fait venir sa meilleur copine. Cela fait des mois qu’elle dit au téléphone à sa copine qui ne m’a jamais vu que je suis moche. Mais j’ai perdu mon surpoids. J’ai remarqué que plusieurs filles me courent après mais je n’ai rien compris. Je suis inintéressant et moche j’en suis persuadé. Sa copine est très étonnée en me voyant et me regarde troublée alors que je suis nu en slip. Ma femme me fait une scène de jalousie. Pour me punir elle me dit qu’elle s’en va se promener avec son amie sans moi.

Je prends ma voiture et va me saouler dans un restaurant à Toulon. Sur le retour, je me jette avec ma Mercedes sur un rail de sécurité de l’autoroute pour me suicider. La voiture résiste, je me retrouve dans l’axe de la route. Merci Mercedes même si la voiture a des dégâts. Je suis arrêté plus loin par la Gendarmerie. Toujours la Gendarmerie. Et moi le délinquant. Prise de sang. Voiture et permis confisqués. La gendarmerie appelle ma femme pour que celle-ci vienne me chercher. Elle réplique sèchement qu’ils n’ont qu’à me garder. Les gendarmes sont étonnés. Ils me regardent bizarrement. Je ne leur ai pas dis que je voulais me suicider. Ils n’auraient pas compris. Ils me raccompagnent. Ma femme me fout une royale raclée. Sa copine arrive au même moment. D’un bon elle saute sur sa meilleure amie, ma femme, en lui arrachant les cheveux et en criant que non ! elle ne me battra pas !
Cette fille sera le seul témoin oculaire de mon martyr. Elle prendra son baluchon une heure plus tard et je ne la reverrai plus jamais.

Le harcèlement et les coups continuent. Elle essaye de me défenestrer du deuxième étage. Je résiste.
Une soirée, elle dégrafe le pantalon d’un ami commun pour lui faire une fellation. L’ami se réveille brusquement envoie un verre dans la face de ma femme pour protester et la blesse. Gendarmerie. A nouveau garde à vue car j’ai giflé ma femme suite à la fellation.
Mon ami s’en sort bien. Ma femme est encore victime. Il y a bien eu un viol sur notre ami par ma femme, une fellation. Mais rien ne se passe. Une femme ne peut pas violer un homme. Comme elle ne peut pas battre un homme. C’est ce que me disent les gendarmes. Les gendarmes ont toujours raison. Ils représentent la loi.

----------

Troisième réplique de ma part. Ma femme enfonce la porte de ma chambre. Elle est saoule. Je n’arrive pas à bloquer la porte et nous nous battons. Elle me pousse contre un carreau qui me tranche l’artère de l’avant bras gauche, celle du coeur. Le jet de sang est fin et mais fait près de 2 mètres de haut. C’est effrayant. Je repeint toute la pièce en rouge. Je panique. Je frappe ma femme au visage sans viser et lui casse net trois dents. Elle hurle. Moi je me fais un point de compression pour arrêter l’hémorragie. Je suis sauvé, je pense.
Gendarmerie à nouveau et hôpital. Puis garde à vue pour moi et prise d’ADN, comme un criminel.
L’hôpital ne m’a pas donné d’arrêt de travail. Ma femme si, elle en a 10 jours.
Ce qui lui permet de porter plainte contre moi… Et moi pas … Tout avait été arrangé entre les gendarmes et l’hôpital. Au moment de l’interrogatoire, je suis hagard, en état de choc. Les gendarmes me demandent si je veux voir un médecin. Je leur réponds que non puisque je sors de l’hôpital. Ils me demandent si je veux un avocat. Je leur demande pourquoi. Ils me répondent que c’est juste pour savoir si j’ai bien été traité par les gendarmes. En réalité les gendarmes me mentent je le comprendrais trop tard car l’avocat m’aurait expliqué que mon cas était grave et que je risquais la prison si je ne disais pas tout de suite ma vérité et si je ne portais pas plainte moi-même contre ma femme. Je suis fait. Les gendarmes ont décidé. Je suis coupable…

Deux mois ont passé. Je sais maintenant que je suis foutu. Ma femme parle de partir. Je pense à nouveau à me suicider. Je ne pourrais jamais me passer d’elle. Jamais. Je l’aime trop. J’ai trop besoin d’elle.
Je ne comprends pas que je fais le Syndrome de Stockholm.

Deux ans plus tard résultat à la barre car ma femme a porté plainte contre moi ! 6 mois de prison avec sursis malgré mon avocat ancien bâtonnier et spécialisé dans le pénal. Ma main courante et mes attestations médicales, et les attestations de ma famille et amis qui n’étaient pas témoins n’ont servi à rien. Je suis coupable.
Définitivement coupable.

Je n’a pas l’argent pour faire appel. En effet ma femme avant de partir a siphonner toutes mes économies en deux ans et demi de vie commune et d’enfer …

------

Les chiffres en France :

8 % des hommes sont battus.
10 % des femmes sont battus.
Voir pour les chiffres l’article de France soir suivant :

http://www.francesoir.fr/actua lite/societe/hommes-battus-oub lies-des-violences-conjugales- 21680.html

Il existe des dizaines d’associations de défense pour les femmes battues en France.
Il n’y en a qu’une en France concernant les hommes battus et seulement depuis trois ans. Elle est dirigée par un psychologue… Une femme …


Le pire dans cette histoire, voyez vous, c’est que pendant ces deux ans et demi de calvaire, j’étais classé handicapé psychique niveau 2 par la Sécurité sociale pour trouble bipolaire, à prédominance dépressive, et placé sous curatelle renforcée.

Donc malgré mes attestations médicales, ma main courante, le fait que je sois amoindri par la dépression, le fait que je sois handicapé psychique et placé sous curatelle renforcée, que l’agression finale se soit passée dans ma chambre, et non ailleurs ce qui prouve l’attaque dans ma chambre de la part de ma femme, et que ma femme était saoule, ce qui est un facteur aggravant, tout cela n’a ni ému le procureur, ni ému le juge. En effet le procureur a déclaré d’emblée que les « bipolaires » étaient des gens « de mauvaise vie, déclaration alors que j’étais à la barre devant toute l’assistance. J’étais si abasourdi que je n’ai pu réagir, qu’on traire ainsi une catégorie de malades, sans aucune raison car la moitié des bipolaires travaillent et ont une vie normale de famille. Au racisme anti Hommes battus s’ajoutait le racisme anti bipolaire…

Le procureur a demandé deux mois de prison avec sursis. A ma grande surprise, la conclusion a été remise à la semaine suivante. Et la semaine suivante le juge a rendu le verdict : 6 mois de prison avec sursis…

Actes de tortures et de barbarie sur un handicapé psychique placé sous curatelle renforcée faits par son conjoint sous l’empire de l’alcool, c’était au moins 20 ans de prison pour un homme. Cela a valu la relaxe à ma femme malgré qu’elle ait violé mon ami lors d’une fellation …. Actes de tortures et de barbarie m’ayant poussé à la tentative de suicide : membre cassé, artère tranchée, brûlures de toutes sortes, tortures sexuelles (je n’ai jamais osé en parler avant), tentative de défenestration, claques, coups de poings, griffures, tentatives multiples d’étouffement, nuits sur le carrelage, persécution psychologique, affaires personnelles détruites ou jetées à la poubelle, escroquerie sur toutes mes économies ... J’avais eu 6 mois de prison pour trois dents cassées. Combien aurais-je eu si j’avais fait à ma femme ce qu’elle m’a fait. Pourtant la liste des agressions a été adressée au juge en lettre avec recommandé et accusé de réception…

Ce que je vous raconte est authentique, et je tiens à vote disposition un dossier de plus de 100 pages.
Mon avocat était le meilleur dans le genre du tribunal, spécialisé dans le pénal, ancien bâtonnier, et maire d’une ville de Provence …

Je suis issu d’une classe moyenne. Ancien chef d’entreprise.
Ma femme avait été professeur de français et directrice d’insertion. Elle était aussi une grande sportive et avait en outre un diplôme de garde du corps… soit 100 kilos de muscle pour 1m78 contre mes 1m77 et mes 80 kilos.
La mère de ma femme était aussi une professeur universitaire et son grand père paternel le créateur du parti socialiste sénégalais …

Ce qui m’est arrivé peut arriver à n’importe qui.
L’homme qui boit et qui frappe sa femme est un classique dans les tribunaux.
Ma femme avait été arrêtée par les gendarmes en ivresse sur la voie publique et les tests avaient prouvé qu’elle l’était aussi lors de mes placements en garde à vue. Les gendarmes savaient.
Ma femme avait été agressée par un groupe de jeunes qui avait voulu lui voler son sac à main à l’arraché et celle-ci avait répliqué par un coup de karaté sur l’un des agresseurs, provoquant au bras de celui-ci une fracture ouverte et du sang sur la chaussée. Les jeunes avaient pris la fuite. Ma femme avait déclaré l’accident aux gendarmes car l’accident était grave. Les gendarmes savaient que ma femme était redoutable sur le plan physique (championne de moto cross région PACA, formée aux arts martiaux, diplômes récents dans la sécurité et de garde du corps, 1m78, 110 kilos de muscle)..
Les gendarmes savaient…

Lors d’une expertise psychiatrique réalisée par un expert psychiatre nommé par la justice, celui-ci a déclaré qu’il ne pouvait savoir si j’étais à l’époque en état dépressif ou non, ne pouvant donc rien attester. Par contre celui-ci indiquait que les bipolaires pouvaient avoir des crises de violences. Et ma femme était aussi bipolaire …

On voit donc bien dans cette affaire que toutes les lectures, de mes documents personnels jusqu’à la lecture du rapport du psychiatre expert, donc que toutes les lectures des documents on été faites au détriment de l’Homme que j’étais, au profit de La Femme, Femme battue dont nous rabâche les oreilles toutes les femmes médias et femmes féministes ou politiques de France … Au détriment des Hommes battus …
En effet, il a été établi de façon formelle que ma femme était bipolaire, donc potentiellement agressive dans certains cas, surtout sous l’emprise de l’alcool comme elle l’étais souvent, et de force physique suffisante pour m’avoir infligé ces actes de tortures et de barbaries …

A vous de juger …

La double peine pour moi : être battu et être condamné par la justice ...

Violences physiques s'accompagnent souvent de violences psychologiques.

 
Envoyer un message privé Envoyer e-mail
Malau

Enregistré: 20.10.2010
Messages: 131

03.05.2014 - 15:34: RE: L'histoire du calvaire d'un homme battu : la double peine | Citation Citation

Bonjour Pascal

Je viens de lire ton long message, et comme tu as peut etre pu le voir, mon ami est dans une situation un peu sembleble a la tienne! Violences physiques et psychologiques, d'ou depression, auto destruction, problemes avec ses fils et dans son travail..et encore, je ne sais pas tout, il parle peu!)

Je voulais te dire que ce genre de femme ne MERITE pas la moindre excuse, meme si elle a probablement souffert dans son enfance (moi aussi et je ne suis pas perverse, mais j'aime un homme victime, c'est la vie!)et qu'elle ne partira pas, elle te retient parce que c'est son PLAISIR a elle, son trip!

Alors, je t'en prie, ne te suicide pas!!!Sauve toi comme tu peux, mais SAUVE ta peau tant qu'il est encore temps, tu n'as rien a perdre et tout a gagner..Ne te sens pas nul! Tu sais bien au fond de toi que tu es quelqu'un de bien plein d'energie et de gentillesse, sinon, elle ne t'aurait pas choisi comme victime!!

Sache qu'il existe des femmes aimantes et honnetes qui ne sont pas comme elle, et qu'on peut refaire sa vie , plus douce, heureuse a n'importe quel age! Je te le souhaite de tout coeur, Dieu t'a creé pour etre heureux, meme si tu n'es peut etre pas croyant, pas d'importance! Crois en toi, fais toi aider, cherche de l'aide, ici tu en trouvera! Il existe des psy qui peuvent t'aider, notre association aussi, ceux qui ecrivent sur ce forum aussi!

Je te souhaite de retrouver ta confiance en toi, tes qualités, ta dignité d'homme, et surtout de FUIR au plus vite ce calvaire que tu ne MERITE pas, sois en SUR!Je te souhaite bonne chance et n'hesite pas a demander de l'AIDE!!!

Amicalement

Malau

 
Envoyer un message privé Envoyer e-mail
Page: 1 Répondre Répondre
Raccourci:
Get free forums, guestbooks, calendars, shorturls and web statistics at motigo.
Site Information