sign up! webstats forums guestbooks calendars
SOS Hommes Battus
Page: 1 Répondre Répondre
Auteur Messages
quelqu1

Enregistré: 22.12.2011
Messages: 3

22.12.2011 - 03:11: aide et témoignage | Citation Citation

Bonjour à tous.

j'ai découvert par hasard le site puis ce forum.
je viens vous apporter mon témoignage mais aussi vous demander de l'aide et des conseils.

Mon histoire avec elle commence il y a 3 ans, le 1er septembre 2008, jour où j'ai rencontré ma compagne.
Je sortais d'une relation assez difficile et j'étais en plein rééducation suite à un accident 5 mois auparavant.
Cette personne me plaisait énormément. Un côté un peu foufou, gentille douce agréable à l'écoute, même si elle aimait raconter des histoires sur sa vie, elle fut honnête très rapidement avec moi.
Elle m'a aidé à clore mon ancienne histoire et nous nous sommes installé ensemble très rapidement (2/3 semaine après s'être rencontré).
Au début je vivais chez ma grand mère (car mon ex n'était pas partie de l'appartement que nous avions en colocation). La cohabitation fut rapidement très tendue entre elles. Je ne voyais pas ce qui se passait, mais je pense que psychologiquement ma grand mère a dut en souffrir.
Au niveau du couple pourtant tout se passait bien, et elle est tombée enceinte fin novembre.
J'ai pu récupérer l'appartement à ce moment là et nous nous sommes donc installé ensemble.
J'étais heureux et fier d'être un père en devenir.
Mais ma grand mère ne voulaient pas nous voir à au repas de noël en famille. et ma mère fut maladroite lorsqu'elle a rencontré ma compagne ce qui a généré encore plus de tension.

Première ombre au tableau...
fin décembre mon contrat chez un client ne fut pas reconduit, ce qui a entrainé la rupture de mon CDI 3 mois plus tard.
Pendant tout ce temps je suis resté à la maison en prenant soin d'elle et en prenant soin à ce qu'elle soit bien.
Néanmoins, certaines attitudes de sa part m'irritait grandement et j'avais l'impression de regresser. de revenir dans mon enfance où une partie de celle-ci a été marquée par des injustices et de très grande colère. Allant même frapper les objets pour exprimer ma colère et ma frustration.

Deuxième ombre au tableau 2009
Suite à cet évènement de colère, les choses ont peu à peu dégénéré.
La pression psychologique fut un peu plus intense, n'étant pas à la hauteur de ses attentes et devant obéir au doigt et à l'oeil, sur le champ.Là les premiers coups ont fusés. je ne savais pas qu'une femme pouvait être violente. au bout de plusieurs fois j'ai quand même osé répliquer trois quatre fois en la frappant sur le bras.
Et là ce fut les premiers retournement d'appartement et cassage de téléphone, et de mise à la porte, de venues des policiers.
Je suis parti une semaine chez mes parents, mais je l'aimais. Et surtout je ne voulais pas l'abandonner enceinte. et je voulais voir la naissance de ma fille et passer outre ça.
Au bout d'une semaine, elle a fini par me dire que sa mère arrivait le WE et que je devais revenir illico à la maison. Je usis donc revenu avec ma mère et ça s'est passé relativement bien. Une mise à plat fut faites (mais elle fut temporaire).
Finalement sa mère n'est arrivée qu'un mois et demi après.
J'ai retravaillé quelque mois et la naissance de notre fille est arrivé (un moment très intense et très riche en émotions). et la présence de ma belle mère a grandement facilité la stabilité.
Puis ma belle mère est partie.

Troisième acte 2010
Là les violences ont recommencée. J'ai été progressivement coupé de mes amis, et n'osait plus appeler ma famille de peur que la situation dégénère.
J'ai pu retravailler encore 3 mois limitant les violences. j'ai commencé à porter mes premières mains courantes.
Puis fin mars, ma grand mère est décédée d'une crise cardiaque. Nous sommes venus le jour même lui faire nos adieux et le soir une fois rentré, j'ai donné cette mauvaises nouvelles à mes amis. Là elle n'a pas apprécié que je passe du temps avec eux, au lieu de venir pleurer dans ses bras.
Les violences sont allez de plus belle, jusqu'à me menacer avec un couteau. Elle m'a fait payé son billet d'avion pour retourner au pays et deux jour après elle est partie avec notre fille.
J'ai pu enterrer ma grand mère et j'ai fait le déménagement qui nous offrait un appartement plus grand.

elle a eu des soucis pour revenir, et j'ai du faire le pied de grue à la préfecture pour que son visa soit revalidé.
Elle est revenue. Les tensions avaient disparues mais on ne change pas les vielles habitudes.
J'ai eu le malheur de rater son anniversaire. lui offrir le bon cadeau est souvent très difficile et me suis pris à la dernière minute. mais je pense que le coeur n'y étais pas avec le recul.
A partir de cette date, la violence est revenue. et elle est montée crescendo. je n'ai fait que des mains courantes.
Elle a pris la chambre de la petite et au bout d'une semaine à mis la petite à dormir dans ma chambre.
Tous les jours je me suis occupé d'elle et essayez au maximum que nos conflits se passe en dehors de la chambre.
Quand ça allait, j'avais le droit à la douceur, la gentillesse et les repas, et aux faveurs sexuelles.
mais la violence allait de plus en plus fort, bris de mes objets personnels, balance de vaisselle et bouteille d'eau sur moi, etc.
Elle avait trouvé un travail, et des amants.
Puis en ayant marre, j'ai réaménagé ma chambre. J'ai mis mon ordi dedans, et ma bibliothèque.
je commençais à m'enfoncer profondément dans la déprime et n'arrivait pas à avancer dans mon entreprise.
Jusqu'à ce matin de noël 2010.
J'avais intervertit la box adsl du salon avec celle de la chambre. De ce fait, le téléphone n'était plus disponible. Là elle est rentrée comme une furie et m'a tabassé alors que je dormais.Au visage et sur le corps.
C'est vers cette période que lorsqu'elle me chassait de l'appartement, je dormais dans la voiture.

Quatrième acte 2011.

Puis je suis parti un WE en janvier chez mes parents, je n'en pouvais plus. Là j'avais pris la décision de déménager et revenir aux sources.
Lorsque je suis rentré et que je lui ai annoncé la nouvelle. elle s'est effondré. Nous avons parlé à coeur ouvert, et en plus elle a quitté son travail. (elle faisait l'objet d'harcelement moral).
Nous nous sommes donc promis de faire attention l'un à l'autre et avons fait la promesse de ne plus avoir de violentes disputes.
ça n'a pas duré longtemps. je suis parti aidé mon frère à déménager et comme ça ne lui convenait pas car elle avait quelque chose de très important à faire, je me suis retrouvé une fois de plus violenté et à la porte.
elle m'a fait quand même mon anniversaire surprise. Mais ce ne fut que la façade.
j'ai pu retrouver un emploi. Mais je n'avais pas la stabilité émotionnelle nécessaire.
et surtout le harcèlement continuais tous les jours.
je me faisais traité de pd, de moins que rien, d'incapable. Je n'étais pas un bon père, trop permissif.
Je n'ai jamais, jamais, eu ma place de père.
J'ai finit par être licencié. et j'avais aussi raté son anniversaire.

Mon premier jour de licencié, je devais lui repasser sa chemise en matière synthétique pour son stage. Chose que j'ai faite. j'ai donc suivi es instructions de l'étiquette qui indiquait puissance 1. mais le résultat n'était pas probant. Elle m'a donc dit de repasser en puissance 3. Je lui disais que c'était bien trop fort, mais je n'ai pas insisté et me suis exécuter. ce qui devait arrivé arriva. J'ai brulé la chemise et fait un trou.
Là j'ai eu le droit à une belle castagne.

et ça a continué encore et encore jusqu'à un mois environ. Là elle est passé au stade supérieur.
je me suis retrouvé avec une bel hématome sur le nez (du à une bouteille d'eau pleine jeté à la figure) avec morsure. puis une semaine après coups et morsure jusqu'au sang. Là j'ai fait main courante et constatation médicale. puis je suis parti chez mes parents.

N'en pouvant plus de la situation (elle n'hésite pas à me battre devant notre fille), j'ai pris la décision de déménager.
Je suis revenu au domicile pour lui annoncer la nouvelle et là de nouveau elle exige que je lui paye son billet à elle et à la petite.Elle m'a quand même dit qu'on devait se faire aider psy ou conseiller conjugual. qu'on devait faire les efforts pour rester en famille.
Bon y'a eu une rebelotte de morsure et toute la procédure qui s'en suit, à cause de notre fille. Elle voulait partir je ne sais où à minuit avec la petite alors que la petite dormait. j'ai réussi à la faire rester.

J'ai donc donné mon préavis (je suis seul locataire inscrit au bail) et signe mon nouveau bail tout à l'heure.


Acte 5 derniers jours

Samedi je suis allé fêter l'anniversaire de ma soeur. Dimanche je suis allé aidé un ami à faire son blog et lundi j'ai pris le temps d'aller à une réunion d'entrepreneur.
Lundi soir, je lui ai dit que je déméngeais quand même. ça l'a mis en rogne et elle m'a dit que de toute façon elle allait me pourrir la vie. Que j'avais intérêt à prendre de très bon avocat car moi et mes parents allions recevoir du courrier des siens. qu'elle allait me ruiner avec tous les travaux dans l'appart que j'aurais à faire (je suis en surendettement), qu'en plus je devrais lui payer une énorme pension alimentaire, et qu'en plus je lui payerais ses billets d'avion. Qu'elle uinera mon entreprise, et que je finirai par me suicider et que mes parents mourront d'une crise cardiaque.Elle m'a dit vas y t'a qu'aà partir chez tes parents ou dans ta nouvelle maison.

j'ai calmé le jeu en partant me coucher. Elle a pris sa douche s'est mise en pyjama et est rentrée dans la chambre. Alors que je dormais, elle m'a dit sort. sort. sort avant que je m'énerve.
Je me suis donc levé tant bien que mal et j'ai pris mes vêtements (enfin ceux qui restait puisque la fois précédente, j'ai tout emmené). Elle les a mis dehors. je suis sorti de la maison et je suis allé dans la voiture. Là j'ai appelé mon frère pour lui dire que j'arrivais. Avant que je ne parte elle est descendu au parking et elle est rentrée dans la voiture en me disant : "ah, rentre, tu vas pas dormir dans ce froid!". moi de lui répondre que je partais là où elle m'a demandé d'aller. elle est reparti sans dire mot et en pleine nuit je suis parti chez mes parents.

Mardi soir elle m'a appelé. Lorsque j'ai décroché c'était ma fille au bout du fil. J'ai pu parler avec elle pendant près de 20 minutes (même si ce n'est pas encore de l'expression pleine !). Puis Elle a repris le combiné et m'a demandé ou j'étais. Je lui ai répondu que j'étais chez mes parents.
Là elle m'a dit qu'on devait vraiment parler sérieusement. quelle que soit la décision que l'on prenait qu'on devait passer noël ensemble, en famille elle moi et notre fille. qu'elle a pris sur soi pour m'appeller et que je dois revenir jeudi (ce soir) et qu'elle m'attends en tenue sexy.


Questions - Réponses.
Merci à tous d'avoir pris le temps de me lire. je sais c'est long mais j'avais besoin que tout sorte.
donc voilà mes tribulations de dernier instant :

au vu du noël de l'année dernière et de l'instabilité de la situation :
1/ même si j'ai pas vraiment envie de retourner au bercail, est-ce que j'y vais ? je sais ça me crève le coeur de laisser ma petite en même temps j'en ai vraiment marre et la coupe est pleine.

2/ je devais déménager demain. est-ce que ça vaut le coup de la faire demain 24, de repartir avec les meubles et ma fille ?

3/ Quels conseils avez vous à me donner.

Merci à vous tous, pour vos messages qui m'aideront à passer ce moment difficile.

Bien à vous
Quelqu1.

 
Envoyer un message privé Envoyer e-mail
jerrouen

Enregistré: 14.12.2011
Messages: 7

22.12.2011 - 12:07: RE: aide et témoignage | Citation Citation

Bonjour,

je ne suis pas un specialiste de la question, je n'ai pas d'experience dans ce domaine et, bien entendu, je ne sais de votre histoire que ce que vous en racontez. Neanmoins, je me permets de vous poser quelques questions qui vous aideront peut-etre a reflechir plus clairement :

- je ne peux pas dire si votre femme est atteinte de troubles psychologiques graves ; peut-etre ne le pouvez-vous pas vous-meme. Mais il est clair qu'elle est violente et tres instable emotionnellement : meme si elle ne violente pas votre fille, sa "folie" deteint forcement, qu'elle le veuile ou non, sur votre fille. Votre fille entend immanquablement des choses, voit immanquablement des choses, et ressent immanquablement des choses... Toute cette violence qui existe chez sa mere, elle en est forcement victime elle aussi, au moins psychologiquement. C'est peut-etre a votre fille que vous devriez d'abord penser, que vous devriez d'abord proteger, en la retirant de la garde de sa mere. Pour cela, si vous avez effectivement depose regulierement des mains courantes et que vous pouvez obtenir de proches, d'amis ou de voisins des temoignages corroborant vos accusations, vous pouvez, je pense,porter plainte et obtenir une mesure d'eloignement.

- si je comprends bien, votre femme est etrangere mais vous ne dites pas si vous l'etes. Je me permets de poser la question car si votre femme "retourne au pays" avec votre fille et que de votre cote vous etes francais sans etre citoyen de son pays a elle, rien ne l'empeche de rester la-bas avec votre fille sans que vous puissiez rien faire.

- allez consulter un avocat muni des copies de vos mains courantes, de vos certificats medicaux (attention : un certificat medical d'un centre de medecine legale "vaut", en tant que preuve" mille fois plus qu'un certificat etabli par un medecin de ville, a fortiori que votre medecin traitant), d'attestations de proches, voisins ou amis, etc. Il vous dira clairement a quoi vous pouvez vous attendre pour le divorce. Je vous signale, au cas ou, que SOS Hommes battus est en relation avec un avocat specialise dans ce genre de violence.

Voila.

Felicitations en tous les cas d'avoir eu le courage d'ecrire le recapitulatif de votre histoire, je sais a quel point c'est difficile de se pencher, les yeux ouverts, sur ce passe.

Prenez soin de vous et de votre fille.
Bien sincerement,
Jerrouen.

 
Envoyer un message privé Envoyer e-mail
toujours-là-et-las

Enregistré: 12.12.2011
Messages: 9

22.12.2011 - 16:43: RE: aide et témoignage | Citation Citation

bonjour
A vue de nez, je dirais qu'elle a, sur ses assises narcissiques, un lourd manque, certainement affectif.

votre relation, pour elle, semble être une sorte de :"conjugopatie"

le manque de confiance, semble générer chez elle tout et son contraire.

- la violence autoritaire, pour se rassurer et dominer l'autre. lui imposer ce qu'elle veut, quand elle veut.

- le coté mielleux, manipulateur, pour vous laisser penser qu'elle regrette. Que ça va passer.
au final, vous laisser penser que vous êtes responsable de la situation qu'elle fait mine d'apaiser en se donnant le beau rôle.

désolé de ne pas vous rassurer, mais personnellement, je ne pense pas qu'il y est une solution viable a votre couple.

et pour votre fille, restez présent, calme et impliqué.

vous êtes son salut.

Mettre en avant une catégorie de victime, c'est aussi, et surtout, créer des sous victimes. Liberté égalité fraternité Qu'en reste t il ?

 
Envoyer un message privé Envoyer e-mail Page d'accueil
SOSHommesBattus (M+)

Enregistré: 12.02.2008
Messages: 147

22.12.2011 - 20:07: RE: aide et témoignage | Citation Citation

Bonjour,

Nous résumons :
acte 1 : vous vous apercevez qu'elle ne vous convient pas et vous êtes en colère
acte 2 : elle s'aperçoit que vous ne lui convenez pas et elle se met en colère
acte 3 : sous prétexte qu'elle est la mère de votre fille, vous décidez de tout subir sans rien dire quitte perdre à ses yeux toute dignité et à gagner votre statut de "punching ball". Elle a trouvé la faille.
acte 4 : elle a réussit à vous faire perdre pied et votre colère s'est muée en soumission/dépression.
acte 5 : elle vous a détruit et vous fait comprendre qu'elle va gagner.
Car elle va gagner, elle va déposer plainte pour violences et comme elle est étrangère elle ne pourra plus être sortie du territoire et elle aura la nationalité française.

Sachez qu'elle peut dépose plainte contre vous pour abandon de domicile familial. Que comme vous la laissez vivre à votre domicile, elle y est considérée comme y habitant et donc vous ne pouvez plus mettre fin à ce bail et vous devrez payer le loyer pour elle si elle n'a pas de ressources.
Vous ne pouvez pas partir avec votre fille, car ce n'est pas plus la votre que la sienne. Elle pourrait déposer plainte pour enlèvement d'enfant.Vous devez passer devant le juge aux enfants en urgence pour négocier les modalités de la garde.
Jusqu'à présent vous n'avez déposé que des mains courantes semble t il.Or cela ne sert à rien. Déposer plainte en urgence en exposant ce qu'elle vous fait subir. Si vous partez allez au commissariat déposer une main courante précisant pourquoi vous partez et où (et dans ce cas vous pouvez emmener votre fille si vous précisez que vous pensez qu'elle est en danger).
Prenez un avocat en urgence !

Bon courage

Modératrice

 
Envoyer e-mail
suiret

Enregistré: 24.12.2011
Messages: 10

24.12.2011 - 10:25: RE: aide et témoignage | Citation Citation

J ' étais dans une situation similaire . Je suis resté au domicile jusqu ' à la décision du juge car je me disais que si je partais les violences allaient rejaillir sur ma fille . J ' ai obtenu la garde de ma fille (droit de visite médiatisé de 4 heures par mois pour ma femme) , la conservation du logement et pas de pension à verser . Il convient de faire les choses dans l ' ordre car si vous partez seul , vous aurez du mal par la suite à convaincre le juge que vous voulez avoir la garde de votre enfant . Bon courage .

www.homme-battu.fr

 
Envoyer un message privé Envoyer e-mail
pat

Enregistré: 12.02.2008
Messages: 137

24.12.2011 - 13:41: RE: aide et témoignage | Citation Citation

Suiret vous avez eu la bonne attitude. Dommage que parfois on soit obligé de partir.

 
Envoyer un message privé Envoyer e-mail
Page: 1 Répondre Répondre
Raccourci:
Get free forums, guestbooks, calendars, shorturls and web statistics at motigo.
Site Information