sign up! webstats forums guestbooks calendars
SOS Hommes Battus
Page: 1 Répondre Répondre
Auteur Messages
SOSHommesBattus (M+)

Enregistré: 12.02.2008
Messages: 147

22.02.2008 - 13:29: Les conséquences de la violence conjugale sur les enfants | Citation Citation

Les enfants qui sont exposés à la violence econjugale au sein de leur famille sont profondément marqués par cette expérience qui a d'importants effets préjudiciables sur leur santé, leur sécurité, leur comportement, leur développement affectif et social, et leurs résultats scolaires.


Qu'est-ce que l'exposition des enfants à la violence conjugale et familiale?

Les termes « enfants exposés/témoins à la violence » englobent le fait de voir, d'entendre et d'observer les effets de la violence, et le fait de vivre dans la peur. Le mot « témoin » sous-entend « témoin oculaire ».

Les enfants exposés à la violence eintra-familiale entendent, et sont témoins d'actes de violence commis à l'égard de leur mère ou de leur père par leur conjoint(e). Ils peuvent être des témoins oculaires ou se trouver dans une autre pièce, à l'étage ou au lit où ils essaient de s'endormir. Ils peuvent également constater les résultats de la violence. Ils voient et entendent des scènes qui vont de la violence verbale à l'agression sexuelle ou physique, dont des gifles et des bourrades, des volées de coups et de l'agression armée. Ils entendent presque toujours la violence verbale et les insultes qui accompagnent la violence physique, et qui peuvent également se produire à d'autres moments. L'atmosphère familiale est souvent caractérisée par un manque total de respect de l'agresseur à l'agard de l'autre parent qui, à de nombreux égards, se trouve réduit à l'impuissance. Le milieu familial dans lequel ces enfants doivent vivre est donc un « environnement toxique » qui, dans bien des cas, compromet gravement leur bien-être et leur développement. Même lorsqu'il n'y a pas de violence physique, il règne souvent une atmosphère de crainte, d'anxiété, de colère et de tension au foyer.

Le pouvoir et le contrôle sont les moteurs de la violence. L'agresseur a recours à la violence pour maintenir son pouvoir et contrôler la victime. Parmi les tactiques fondées sur la violence,
notons :

* La violence verbale : insultes, remarques humiliantes et propos dégradants.

* La violence morale : menaces (p. ex., menaces d'enlèvement des enfants, menaces de mort ou de sévices envers la mère ou les enfants, ou menaces de suicide ou de meurtre suivi de suicide).

* La violence psychologique : actions qui minent la confiance en soi ou les décisions de la mère concernant son enfant, accusations d'infidélité envers le parent et attitude excessivement soupçonneuse à l'égard de ses actes.

* Le contrôle des ressources financières de la famille afin d'enlever toute autorité

* L'isolement de la victime pour l'empêcher d'avoir des contacts avec sa famille élargie, ses amis et les membres de la collectivité (p. ex., décider d'aller s'installer dans une collectivité où le parent victime ne connaît personne; refuser de permettre à celui-ci à sortir avec des amis; décourager ou interdire tout contact avec les parents; empêcher le parent victime de suivre des cours de langue ou une formation professionnelle).

* La violence physique : frapper, gifler, pousser, battre, attaquer avec une arme.

* La violence sexuelle : forcer le conjoint à participer à/prodiguer des actes sexuels

Le parent victime peut souffrir d'une faible estime de soi, de dépression et d'anxiété; des sentiments de désespoir l'animent et il arrive même à se considérer comme responsable de la situation, ce qui compromet ses capacités d'adaptation et ses compétences parentales.

Le secret est souvent imposé, si bien que la violence n'est pas connue en dehors de la famille. On apprend aux enfants à ne pas en parler et on les menace même parfois de punitions s'ils disent quelque chose. Certaines familles déménagent chaque fois qu'il est probable que la violence soit découverte, alors que d'autres vivent dans le même quartier pendant des années, sans qu'aucun membre de la collectivité n'intervienne pour aider les victimes.

Dans les foyers où un parent est victime de violence, les enfants courent eux-mêmes un risque accru de violence physique et sexuelle de la part de l'agresseur.



Aperçu des effets sur les enfants de l'exposition à la violence envers un des parents

* Les problèmes affectifs et comportementaux sont 10 à 17 fois plus fréquents chez les enfants que chez ceux appartenant à un foyer non violent (étude canadienne)

* Les enfants exposés à la violence envers les femmes manifestent souvent des symptômes de stress post-traumatique : peur, anxiété, irritabilité, difficulté à se concentrer, souvenirs importuns des actes de violence, explosions de colère et hyperactivité

* Les actes d'agression contre les pairs, les enseignants et les pères sont plus fréquents chez les enfants qui sont témoins d'actes de violence envers les pères.

* Ces enfants souffrent souvent de problèmes affectifs : dépression, anxiété, refus d'aller à l'école, retrait des interactions sociales

* Les résultats scolaires et le développement social sont souvent compromis, comme l'est aussi le développement des comportements adaptifs

* Les symptômes sont fonction de divers facteurs : arrêt ou persistance de la violence; sentiment d'insécurité éprouvé par les enfants et le parent victime; durée et intensité des actes de violence observés; style d'adaptation de l'enfant; autres points forts ou faiblesses.

Modératrice

 
Envoyer e-mail
pat

Enregistré: 12.02.2008
Messages: 137

23.02.2008 - 10:01: RE: Les conséquences de la violence conjugale sur les enfants | Citation Citation

Je retrouve beaucoup de ce que vous dites chez notre fille. Elle a été témoin de choses lourdes. Elle a tendance a attaquer l'agressé (moi) a chaque retrouvailles avant de se calmer et de reprendre une relation agréable.
Elle est souvent angoissée voire agressive et semble être beaucoup en attente de ce que va dire sa mère pour tout les sujets dont elle (sa mère) pourrait avoir connaissance.
La relation lors des droits de visites est faussée. Il y a d'abord un temps d'opposition de sa part , et de mon côté, il y a une tendance a la "chouchouter" un peu trop , le temps passé ensemble est tellement court, la relation fragile par moment qu'il est difficile d'être un vrai père qui peut affirmer ou dire non.

 
Envoyer un message privé Envoyer e-mail
SOSHommesBattus (M+)

Enregistré: 12.02.2008
Messages: 147

23.02.2008 - 18:57: RE: Les conséquences de la violence conjugale sur les enfants | Citation Citation

La question est : est elle agressive avec vous parce que "c'est vous" ou est elle dans un mode de communication agressif avec sa mère dont elle a du mal à se défaire pendant les premiers temps lorsqu'elle est avec vous ?

J'ai constaté que les mères dans cette situation sont souvent agressives avec leurs enfants et surtout avec leur fille qu'elles considèrent comme des "concurrentes". L'agressivité est dans ce cas verbale et psychologique.
Avec les enfants garçons elles semblent être plus dans la violence physique.

Modératrice

 
Envoyer e-mail
pat

Enregistré: 12.02.2008
Messages: 137

23.02.2008 - 20:34: RE: Les conséquences de la violence conjugale sur les enfants | Citation Citation

Bonsoir,
La petite me semble devenir agressive avec sa maman, , moi, et quelques autres personnes du cercle familial. Je trouve qu'elle exprime plus fortement cette violence contre moi notamment lors des retrouvailles ou en présence de sa mère (au tel par ex) Elle me fait aussi exactement les mêmes reproches que sa mère sur des détails particuliers très précis qui ne sont pas habituellement l'objet de l'attention des enfants de son age.
La maman a été violentes avec son ex, son fils (garde retirée) ses filles et moi. La seule épargnée des violences physiques et verbales est ma grande fille d'un autre lit, elle en est jalouse et la dénigre en son absence.

 
Envoyer un message privé Envoyer e-mail
SOSHommesBattus (M+)

Enregistré: 12.02.2008
Messages: 147

24.02.2008 - 14:51: RE: Les conséquences de la violence conjugale sur les enfants | Citation Citation

Je ne comprend pas les juges. Ils retirent une partie des enfants et pas les autres. Comme si les autres ne courraient aucun danger parce qu'ils n'y a pas de traces sur leur corps ! J'ai rencontré plus d'une fois cette situation. On a parfois l'impression que lorsqu'il y a plusieurs enfants, il faut absolument qu'ils soient répartis entre les deux parents, comme des animaux ou des objets.

Vous le dites vous même que votre fille se comporte ainsi surtout devant sa mère. C'est donc qu'elle a un exemple devant elle et que si peut être elle ne tient pas son "rôle" il y a sanction à la clé, sanction qui peut être purement psy, comme physique, comme comportementale (ne pas donner à manger, refuser une sortie par exemple).

Vous restez le garant de son intégrité psychique, le point de repère qui montre que la norme n'est pas de l'autre côté. C'est dur pour elle, c'est lourd pour vous. J'espère que vous en verrez tous bientôt la fin.

Modératrice

 
Envoyer e-mail
pat

Enregistré: 12.02.2008
Messages: 137

24.02.2008 - 15:55: RE: Les conséquences de la violence conjugale sur les enfants | Citation Citation

Pour ce qui est des juges , ce n'étaient pas les mêmes car les faits de violence sur son fils remontent a longtemps, et je ne posséde pas de preuves écrite bien que les ayant vues.
Je pense que ma petite est prise en otage par une manipulation de sa mère

 
Envoyer un message privé Envoyer e-mail
Altéa

Avatar

Enregistré: 12.02.2008
Messages: 26

25.02.2008 - 08:35: RE: Les conséquences de la violence conjugale sur les enfants | Citation Citation

* La violence sexuelle : forcer le conjoint à participer à/prodiguer des actes sexuels


Il y a aussi, dans le cas de zhomme, le jeun sexuel.
Sorte de chantage: tant que t'auras pas fait çà ( ...) , pas la peine de penser aux calins.
Et çà marche! EXCUSEZ moi MRS mais l'homme est resté trés primitif sur le sujet je trouve et ce chantage au sexe est trés courant! et vous fait courir d'ailleurs !
Ola Ola, me voila avec des ennemis là! MDR

Le parent victime peut souffrir d'une faible estime de soi, de dépression et d'anxiété; des sentiments de désespoir l'animent et il arrive même à se considérer comme responsable de la situation, ce qui compromet ses capacités d'adaptation et ses compétences parentales.


exact! on ne doit pas être choisis au titre de voctimes pâr hasard. Les agresseurs sont des prédateurs / chasseurs . Ils sont en quête et choisise la proie qui leur parait idéale.


je reconnais en l'histoire de PAT, exactement celle de zhomme actuellement.
mais les juges n'entendent pas toujours . Je dis pas toujours car pour nous, un a écouter et sévit et a transférée la garde des 2 enfants au papa mais la, notre calvaire allait empirer car la reine mére se déchaine et c'est la folie.
mais il est exact que:
- les crises d'agressivité des enfants sont de plus en plus espacées. Toujours dirigées contre le pére a qui ont dit en face dans ces moments là"" maman avait raison etc....." pour ensuite pleurer et demander pardon.
- que de bilan scolaire parlant d'enfants associable, odieux, impolie, violent physiquement et verbalement, de devoirs jamais faits, d'irespect des autres enfants et des adultes encadrants, n'ayant comme seul but leur prpre interet en ingnorant la collectivité, d'absences de parfois 8 semaines sans excuses etc....etc....
Lors des audition de justice, les enfants( je cite) refesait mécaniquement le procés de leur pére. Parlait de lui en le nommant""" le connard ou l'autre con"" ou bien repétait des discours appris terrifiant comme "" papa m'a violée! papa nous frappe! papa m'a dit que maman était morte et on la reverrais jamais!papa paye pas la pension! etc..etc..( ils avouaient ensuite que c'était faux et pleuraient qu'ils étaient obligés pour faire plaisir a maman)

nous passons depuis 15 mois qu'ils sont avec nous a :
- enfants souriants et enjoués, attentifs et sérieux, avec des résultats corrects
- La JPE a envoyé un éducateur AEMO a l'école et nous avons la fiérté de voir écrit sur notre jugement pour notre M. qui a 9 ans "" enfant sage et modéle " YOUPI.
- un dicours co parentale"" je reste chez papa car chez papa on a le droit de dire qu'on aime maman, parler d'elle et lui écrire ou lui téléphoner quand on veut et a chaque vacances on va chez maman, même que papa nous laisse partir en avance si on a envie: papa veut bien, il dit rien, on a le droit! mais chez maman, on a pas le droit d'ecire, téléphoner ou dire qu'on aime aussi papa sinon on prends des baffes. si on veut parler de papa on doit dire des gros mots de sur lui sinon maman pleure et crie. et aux vacances souvent , maman nous cachait chez tata pour que papa nous prenne pas, ca la faisait riere alors nous aussi. Alors on reste chez papa parce qu'on sait qu'on aura maman aussi! si on va chez maman , on aura plus jamais papa. ( c'est le plus beau compliment qu'ils nous ont fait ce jour la)

Mais malgré que :
-2 écoles différentes ai déposées des plaintes auprés des procs pour enfants en danger chez la maman,
-une tel différence de comportement scolaire et social
-une telle différence de comportement vis a vis de l'autre parent etc....

Mdame continue d'assigner papa en redemandant la garde totale avec PA! Ca ne fera que 5 fois en 15 mois et 2 autres sont déja programmées pour JUIN. unE CHEZ LA jpe? L'autre chez la JAF. Nous seront a 7 en 19 mois et la justice ne trouve pas ca déstabilisant.
a chaque fois c'est enquete ou AEMO.
cette fois c'est une 7 eme année d'AEMO mais chez papa cette fois pour la JPE
et une 5eme enquete sociale en 7 ans !

c'est pas aussi une violence aux enfants çà ?

Spoliatus ante omnia restituatu.












 
Envoyer un message privé Envoyer e-mail Page d'accueil
SOSHommesBattus (M+)

Enregistré: 12.02.2008
Messages: 147

25.02.2008 - 09:30: RE: Les conséquences de la violence conjugale sur les enfants | Citation Citation

Altea je prends connaissance de votre parcours du combattant, dont malheureusement je ne suis pas étonnée.

7ème année d'AEMO !!! On rêve !!!
Cela veut dire qu'en 7 ans le parents n'a toujours pas appris comment être un bon parent ! Soit il n'en n'est pas capable et on lui retire le droit de voir ses enfants, soit il en est capable et on arrête le grand jeu.

La violence aux enfants est au sein des couples et de la justice.
Au sein des couples de plusieurs façons : soit le couple ne s'entend plus et les gosses assistent aux dérapages. Quand ils ne servent pas d'intermédiaires entre les deux parents !! Quels dégâts cela fait sur le futur adulte. Soit en divorçant dans des circonstances dramatiques de violence, d'allégations d'abus... L'enfant est pris au piège, il ne sais plus dans quel sens aller (en tout cas pas dans le sien), il doit subir des expertises médicales, psychiatriques... Alors qu'il n'est pour rien dans la volonté de séparation des parents.

Les couples, reflet des relations sociétales, deviennent des lieux d'enjeux, de relations dominé/dominant. Et où est le lien d'amour dans tout cela ? Combien de couples sont aujourd'hui ensemble juste parce que l'autre flatte leur égo tant d'un point de vue personnel qu'aux yeux des copains, des collègues, de la famille.
L'enfant a du coup la même "utilité" : il faut avoir des enfants pour être "femme", avoir des enfants pour être considérée au travail, pour paraître épanouie... Et les enfants au milieu de tout cela ? Ils se débrouillent, parfois s'élèvent seuls, sans amour avec pour fonction faire le "porte drapeau" de la femme ou des parents.
La violence parfois est donc présente dès la naissance.

La justice fait au mieux avec ses armes pour aider les enfants. Mais il y a tellement de choses qu'elle ne voit pas et ne sait pas prendre en charge. Mais je sais aussi que pour les juges c'est parfois très dur. Une situation peut paraître invivable pour le père ou la mère (et l'enfant !) dans une procédure, mais le juge avec tout ce qu'il voit cela lui paraît banal voire anodin. La prise de distance nécessaire fait que le système parait froid voire inhumain.

Le travail avec les associations qui s'occupent des AEMO n'est pas suffisant, on y sent un manque d'implication, parfois même une volonté de "remplir l'agenda", des décisions prises sans vraiment connaître la situation (combien de fois ai-je du insister pour que certains éducateurs se déplacent au domicile des familles ?)... Un système à revoir.

Modératrice

 
Envoyer e-mail
pat

Enregistré: 12.02.2008
Messages: 137

25.02.2008 - 19:14: RE: Les conséquences de la violence conjugale sur les enfants | Citation Citation

quand un juge voit arriver un tel dossier il devrait peut être prendre le temps de réfléchir a l'intérêt véritable des enfants et avoir le pouvoir d'imposer la stabilité de mesures fermes. Il serait aussi indispensable de pouvoir sanctionner les malades de la chicane....

 
Envoyer un message privé Envoyer e-mail
Page: 1 Répondre Répondre
Raccourci:
Get free forums, guestbooks, calendars, shorturls and web statistics at motigo.
Site Information